paravent

paravent [ paravɑ̃ ] n. m.
• 1599; it. paravento « contre le vent »
1Meuble d'appartement fait de panneaux verticaux mobiles qu'on dispose en ligne brisée, destiné à protéger contre les courants d'air, à isoler. Paravent chinois. Se déshabiller derrière un paravent.
2(1834) Fig. Ce qui protège en cachant. abri, couverture. « ses affaires qui lui fournissaient de si commodes paravents et échappatoires, le réclamaient d'urgence en Angleterre » (A. Arnoux).

paravent nom masculin (italien paravento) Dispositif fait de plusieurs panneaux verticaux articulés, que l'on place dans un local pour le subdiviser, pour masquer quelque chose ou pour se garantir de courants d'air. Personne ou chose qui en abrite, cache, une autre : Société servant de paravent à des activités délictueuses.

paravent
n. m.
d1./d Ensemble de panneaux verticaux articulés et souvent décorés, servant à dissimuler à la vue.
d2./d Fig. Ce qui sert à masquer, à dissimuler.

⇒PARAVENT, subst. masc.
A. —1. Écran à panneaux verticaux articulés se pliant en accordéon, destiné à isoler des regards, à masquer ou aussi à protéger du vent et des courants d'air. (Dé)plier, déployer un paravent; paravent formé de plusieurs feuilles. La bise pénétrait par tous les interstices des croisées et des portes. Les bourrelets, les paravents s'attestaient vains (HUYSMANS, Oblat, t.1, 1903, p.230). On avait mis un paravent, comme toujours pour cacher les moribonds, en sorte que l'on ne pouvait rien voir: ni le prêtre, ni les soeurs, ni l'agonisant (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p.99).
Comédie de paravent. Le paravent est aujourd'hui à peu près abandonné; on ne s'en sert plus guère que comme toile de fond, dans les théâtres de société, pour jouer quelque proverbe ou petite comédie qui exige peu de mise en scène; de là le nom de comédie de paravent donné quelquefois à ces sortes d'ouvrages dramatiques (Lar. 19e).
Loc. Faire, former (un) paravent. Faire, former (un) écran. Les verdures massives du parc étaient pareilles de couleur aux mousses en laine qui formaient paravent contre la cheminée (ADAM, Enf. Aust., 1902, p.331). Petypon, s'élançant instinctivement vers la môme et, de ses deux mains écartant les basques de son habit pour se faire plus large, essayant de lui faire un paravent de son dos (FEYDEAU, Dame Maxim's, 1914, II, 8, p.50).
Au fig. S'il lui faut de l'humilité pour en faire un paravent à sa fierté, qu'il rende la grâce responsable (H. BAZIN, Lève-toi, 1952, p.227).
En paravent. À la manière d'un paravent. C'est le gratte-ciel de la General Motors, curieusement déplié en paravent, qui commande l'entrée du Broadway nocturne à la cinquante-neuvième rue (MORAND, New-York, 1930, p.256).
Subst. plur. + en paravent. Qui rappellent les feuilles d'un paravent. Des oreilles en paravent comme une mule qui voit son ombre (GIONO, Baumugnes, 1929, p.67).
En appos. ou en compos. Portefeuille-paravent. Marc visite l'intérieur des cases et m'emmène admirer, dans certaines, une sorte d'épais mur-paravent de terre, légèrement concave et formant dossier surélevé au banc bas qui se dresse face à l'entrée (GIDE, Voy. Congo, 1927, p.782). Nous y prîmes un thé fort bon et paisible dans un local dont la pseudo-laque rouge et la pseudo-ornementation du type paravent furent caractérisées par Z, comme un cubisme japonais (DU BOS, Journal, 1928, p.11).
P. anal. [À propos d'éléments formant obstacle, écran] De ces trous surnommés vallées où l'on ne voit goutte en plein midi, de ces hauts paravents à l'encre appelés montagnes (CHATEAUBR., Mém., t.4, 1848, p.126). [Les fleurs de la tapisserie] ne firent que me mettre de force au coeur d'une sorte de coquelicot pour regarder le monde, que je voyais tout autre qu'à Paris, de ce gai paravent qu'était cette maison nouvelle (PROUST, Guermantes I, 1920, p.89).
Paravent de + subst. Un paravent de montagnes; paravent d'aubépines, de cyprès. Derrière un charmant paravent de murailles (...) de peupliers et de moulins, s'abrite le sordide quartier de Sidi Abdallah et sa prostitution (THARAUD, Fez, 1930, p.19).
INFORM. Pliage accordéon. Paravent. Forme courante sous laquelle se présente le papier en continu utilisé sur tabulatrices et imprimantes (GING.-LAURET 1973).
2. P. anal.
a) Paravent (de cheminée, de feu). Écran disposé devant une cheminée. Synon. garde-feu, pare-étincelles. En 1750, (...) Duvaux expédie à Choisy un paravent de six feuilles (...) destiné à prendre place dans la chambre royale. L'année suivante, la marquise de Brancas choisit chez lui [Lazare Duvaux] un «paravent de feu» de trois pieds et demi de haut (HAVARD 1890).
b) Contrevent; ,,grand volet de bois qu'on met en dehors des fenêtres aux maisons de campagne, pour défendre les vitres des orages et des vents`` (CHESN. 1858).
B. —[P. allus. aux figures grotesques de certains paravents chinois] Chinois, figure de paravent. Petit homme laid, difforme ou ridicule. Où diable avez-vous pêché tous ces originaux-là? (...) On dirait des figures de paravent (MÉRIMÉE, Mosaïque, 1833, p.212). Deux pitres, l'un maigre et l'autre obèse, vêtus en chinois de paravent, miaulaient un duo bouffe en agitant les clochettes de leurs chapeaux (COPPÉE, Contes en prose, 1883, p.199).
En partic. De paravent. Qui rappelle les peintures, les personnages tels qu'on en voit sur les paravents. C'est du barbouillage de paravent; ça tient du torche-cul et du papier de tenture! (GONCOURT, Journal, 1855, p.193). Une espèce de personnage principal enluminé avec la crudité criarde des toiles foraines et des peintures de paravent (HUGO, Misér., t.1, 1862, p.935):
1. Il venait encore souvent avec des panneaux sur lesquels étaient lithographiés des sujets de bergeries, des Boucher de paravent, qu'on n'avait plus que la peine de couvrir.
GONCOURT, Man. Salomon, 1867, p.107.
C.P. anal. ou au fig. Ce qui sert à protéger, à dissimuler (le rôle véritable joué par une personne, le but de certaines activités); bouclier, subterfuge ou encore couverture. Je vous dis que cette barbe est une providence, un paravent, un asile, un mur (GONCOURT, Ch. Demailly, 1860, p.135). On vous met comme cela, pour les gens, un paravent de paroles en l'air qui vous asperge d'eau bénite (ESTAUNIÉ, Bonne Dame, 1891, p.271). Car je sais trop que les hautes règles de la justice s'abâtardissent dans l'ordinaire en paravent pour jeux sordides (SAINT-EXUP., Citad., 1944, p.986). Ayant décidé que ses affaires qui lui fournissaient de si commodes paravents et échappatoires, le réclamaient d'urgence en Angleterre (ARNOUX, Roy. ombres, 1954, p.168):
2. L'enlisement dans cette guerre constitue pour nous un si grand malheur, et dans tous les ordres, qu'il m'arrive de penser qu'il eût peut-être mieux valu céder au F.L.N. sur ce point, je veux dire traiter avec lui seul: quelque paravent juridique aurait sauvé la face.
MAURIAC, Nouv. Bloc-Notes, 1961, p.326.
Servir de paravent à (une conspiration, une intrigue, des intérêts). Adieu, (...) je ne vous en veux pas, Camille: je vous trouve la plus grande des femmes; mais si je continuais à vous servir de paravent ou d'écran, dit Claude (...) vous me mépriseriez singulièrement (BALZAC, Béatrix, 1839, p.143).
Être le paravent de qqn/son paravent. Accepter de jouer aux yeux des autres un rôle d'écran, un rôle fictif. Puis, en suivant le rang dans les loges, les trois frères Hilmann, (...) puis Maicherode, encore un banquier, (...) qui affiche bruyamment cette pauvre Nelly Ferneil, son paravent, et dont la devise, (...) est: «Laissez venir à moi les tout petits enfants» (LORRAIN, Phocas, 1901, p.256). Ce pédé loue une nénette comme paravent (CAR. Argot 1977).
Loc. Derrière le paravent de. Sous le couvert de. Tu retrouveras Esther un peu triste, mais dis-lui d'obéir. Il s'agit de notre livrée de vertu, de nos casaques d'honnêteté, du paravent derrière lequel les grands cachent toutes leurs infamies (BALZAC, Splend. et mis., 1844, p.98).
Prononc. et Orth.:[]. Homon. paravant. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. 1599 paravant «meuble constitué d'un ou de plusieurs écrans et destiné à protéger des courants d'air ou des regards» (Inv. de Gabrielle d'Estrées ds HAVARD); 1617 paravent (Inv. du chât. de Vayres ds GAY); 2. 1834 au fig. «personne (ou chose) qui protège en cachant» (BALZAC, E. Grandet, p.19). Empr. à l'ital. paravento, att. au sens 1 dep. le XVIes. (d'apr. DEI), propr. «qui protège (para, de parare, v. parer2) du vent (vento)». Fréq. abs. littér.:266. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 234, b) 412; XXes.: a) 586, b) 357.

paravent [paʀavɑ̃] n. m.
ÉTYM. 1599; ital. paravento, proprt « contre (para) le vent (vento) ».
1 Châssis fait de plusieurs panneaux verticaux mobiles (feuilles) qu'on dispose en ligne brisée de manière à le faire tenir en équilibre, originairement destiné à protéger contre les courants (cit. 8) d'air, et surtout, de nos jours, à isoler des regards. || Plier, déplier, installer un paravent. || Paravent peint, brodé. || Écrans de soie et paravents de laque (→ Chinois, cit. 2). || Coin de pièce, lit, grabat (cit. 1) caché par un paravent. || Se déshabiller derrière un paravent. || Paravent décoratif. || Paravents peints. || La peinture de paravents, genre majeur en Chine, au Japon.
1 (…) il était entouré d'un petit paravent en bois blanc pour le garantir des vents du côté de la fenêtre et du côté de la porte; mais ce paravent, composé de deux feuilles, le laissait recevoir la chaleur du poêle.
Balzac, les Petits Bourgeois, Pl., t. VII, p. 171.
2 Elle l'avait fait asseoir près d'elle dans un des nombreux retraits mystérieux qui étaient ménagés dans les enfoncements du salon, protégés par d'immenses palmiers contenus dans des cache-pot de Chine, ou par des paravents auxquels étaient fixés des photographies, des nœuds de rubans et des éventails.
Proust, À la recherche du temps perdu, t. II, p. 10.
Loc. fam. Un Chinois de paravent : personnage ridicule, magot.
Vx. Contrevent.Écran de cheminée. Pare-étincelles.
2 Par métaphore ou fig. Ce qui protège contre les atteintes de l'extérieur, et, cour., ce qui protège en cachant. Abri, couverture (II., 4.). || Abriter de mauvaises actions derrière le paravent de la légalité (cit. 1).
3 Je ne puis rien conclure sans avoir consulté ma femme. Sa femme, qu'il avait réduite à un ilotisme complet, était en affaires son paravent le plus commode.
Balzac, Eugénie Grandet, Pl., t. III, p. 488.
4 Sous l'ancienne monarchie, les premiers ministres servaient à endosser toutes les fautes et toutes les impopularités du régime. Ils étaient les paravents du souverain.
Louis Bertrand, Louis XIV, II, IV.
5 On insinuera peut-être même que votre atelier est surtout … comment dire ? … un paravent.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. XVI, XVI, p. 156.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Paravent — chinois composé de châssis d ébène et de panneaux de soie …   Wikipédia en Français

  • paravent — Paravent. s. m. Sorte de meuble fait ordinairement d estoffe attachée sur de grands chassis de bois qui s estendent & se plient l un sur l autre, & dont on sert dans les chambres en hyver, pour se parer du vent, pour rompre le vent, qui vient des …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Paravent — Die Spanische Wand (auch bekannt als Wandschirm oder französisch Paravent [Paraˈvãː]) ist eine zusammenlegbare und überall aufstellbare Wand, die zum Schutz gegen Wind auf Balkonen und Gärten wie auch in Räumen als Sichttrenner dient. Sie besteht …   Deutsch Wikipedia

  • Paravent — (fr., spr. Parawang), 1) Wandschirm; 2) spanische Wand; 3) Fensterladen …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Paravent — (franz., spr. wāng), Windschirm, Wand , Bettschirm, spanische Wand …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Paravent — (frz., spr. wáng), Windschirm, Spanische Wand, auch Fensterladen …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Paravent — Paravent,derod.das:⇨Wandschirm …   Das Wörterbuch der Synonyme

  • PARAVENT — s. m. Sorte de meuble fait de châssis de bois, couverts de papier peint ou d étoffe, qui s étendent et se plient l un sur l autre, et dont on se sert dans les chambres en hiver, pour se garantir du vent qui vient des portes. Des feuilles de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • PARAVENT — n. m. Sorte de meuble fait de plusieurs panneaux qui s’étendent et, en général, se plient l’un sur l’autre, et dont on se sert pour se garantir de l’air. Paravent à quatre feuilles, à six feuilles. Châssis de paravent. Paravent chinois. Paravent… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • paravent — (pa ra van) s. m. 1°   Meuble formé de plusieurs châssis mobiles, dont on se sert pour se garantir du vent dans une chambre. •   Pour lui obéir, on alla chercher le mendiant, que le duc, caché derrière un paravent, ouït sans en être vu, LE SAGE… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.